Langue Issue

Lire dans cette édition

LE CONTE POPULAIRE : Origine et extension
L’étude part de la comparaison de trois versions d’un même conte populaire ...

L’ANCIENNE MUSIQUE POPULAIRE EN TUNISIE ENTRE HEDONISME ET RATIONALITE Étude historique et documentaire
Notre souci, au départ, était de documenter les pratiques musicales populaires, en Tun...

UNE FAçade et des particularitÉs Une lecture sémio-visuelle de quelques échantillons d’espaces traditionnels d’habitation dans le sud tunisien
Les maisons traditionnelles du Sud tunisien ont constitué, de par la simplicité de leu...
45
Issue 45
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
L’ANCIENNE MUSIQUE POPULAIRE EN TUNISIE ENTRE HEDONISME ET RATIONALITE Étude historique et documentaire
Issue 45

 

Dr Mohamed Dridi

Notre souci, au départ, était de documenter les pratiques musicales populaires, en Tunisie, au cours des deux époques punique et romaine. Nous appréhendions surtout de tomber dans le piège d’une documentation qui se limiterait à la seule pratique musicale des hautes classes sociales, occultant de façon totale ou presque la pratique de cet art chez le reste de la population, dans les différentes régions du pays. De tels scrupules nous paraissaient d’autant plus légitimes qu’un examen attentif des documents historiques qui nous ont été notamment légués par les Grecs, les Persans et les Arabes montre que de tels documents n’ont pris en compte que la seule musique ’’officielle’’, celle qui a été reconnue par les autorités, qu’elles fussent religieuses, politiques ou autres. Si bien que les pratiques musicales qui avaient cours parmi le commun des hommes ne furent guère documentées, pas plus que ne furent étudiés leurs systèmes mélodiques ou les instruments qui étaient alors en usage – toutes données qui auraient, nul doute, contribué à enrichir la sphère musicale, tant sur le plan cognitif que méthodologique.

Pour dépasser ces ‘’craintes‘’ d’ordre épistémologiques, nous avons estimé nécessaire d’aborder ces questions de musicologie sur la base d’approches essentiellement historiques et culturelles, fondées sur une démarche nouvelle qui parte de l’observation, du classement, de l’interprétation et de la lecture critique de tous types de documents : écrits, peintures, gravures, et autres illustrations iconographiques. Ce sont là, pour l’essentiel, les méthodologies de recherche qui prévalent actuellement dans les domaines de l’archéologie musicale, de l’anthropologie musicale et de l’ethnomusicologie.

Nous avons constaté, en analysant les différents documents textuels et iconographiques que nous avons pu réunir en vue d’approfondir notre connaissance de la pratique musicale populaire, aux deux époques punique et romaine, que la pratique musicale avait alors oscillé entre un exercice hédoniste, fondé sur la recherche du plaisir, du bien-être et du divertissement, et une pratique rationnelle, réfléchie et orientée vers la pédagogie et la formation musicale rigoureuse. Cela nous a amené à diviser ce travail selon les périodes étudiées (époque punique et époque romaine), et de là à mettre en lumière les écrits les plus importants que nous ont légués les historiens africains (issus des populations autochtones de ce qui deviendra la Tunisie), mais aussi les principaux instruments de musique et leurs domaines d’utilisation. Nous pensons qu’une telle démarche nous permettra de bien cerner la réalité de la pratique musicale populaire dans ses deux dimensions hédonique et rationnelle. Nous partirons, pour ce travail de documentation et d’interprétation, des images fournies par les innombrables documents iconographiques – peintures murales, mosaïques, gravures sur ivoire, sculptures en poterie… – qui se trouvent dans les différents musées de la Tunisie.