Langue Issue

Lire dans cette édition

SAVOIRS ET TECHNIQUES DANS LA PLANTATION DU PALMIER DANS LA REGION DE MARWI, AU NORD DU SOUDAN
L’étude montre que les savoirs et les techniques employés dans la plantation du ...

LES ‘AOUACHIR, LES OFFRANDES ET LA ‘ULA Enquête de terrain sur la signification des activités agricoles dans la région de Tébessa en Algérie
Rites, pratiques et cérémonies sont partie des croyances populaires et ne sauraient &e...

LA DANSE DE HOUBI : UN RITE DE PASSAGE ET DE RETROUVAILLES AVEC LES TEMPS MYTHIQUES
La houbi est une célèbre danse populaire collective exécutée d...
40
Issue 40
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
LE TEXTE DES DIALOGUES DANS LES CHANSONS POPULAIRES POUR ENFANTS
Issue 40

Dr Abdelkder Marzouki

 

De nombreuses études traitant de l’observation du développement cognitif et de la perception chez l’enfant s’accordent sur le fait que l’enfant naît avec une tendance à vouloir découvrir le monde, s’interroger et tenter de comprendre l’inconnu. Dans le même temps, l’enfant est attiré par le langage rythmé dont il se nourrit pour acquérir des connaissances et développer sa perception. Les différentes composantes de son environnement fonctionnent, d’un autre côté,  comme un facteur de soutien en matière de découverte et d’appropriation de ses capacités créatrices. On pourrait même considérer cet environnement comme un terreau essentiel à la formation de la personnalité de l’enfant et au processus qui conduira ultérieurement à son intégration à la société en tant qu’individu créatif et agissant.

Au début de sa vie, l’enfant écoute les berceuses qui accompagnent ses premiers gigotements et auxquelles il réagit de tout son être de sorte qu’il se trouve transporté dans les vastes contrées que lui ouvre son imagination et qui vont former son royaume personnel. C’est là que naît le rapport de l’enfant aux mots, à leurs sonorités musicales et à leurs structures rythmées, un rapport organique en même temps que positif qui se développe en symbiose avec les battements du cœur de sa mère lorsque celle-ci le prend dans ses bras pour lui donner la sécurité, la stabilité et la chaleur de son affection. L’enfant se relâche alors de tout son être et communie avec ces chansonnettes que lui fredonne sa maman pour lui donner ce bonheur qui va l’entourer de tout un halo de communication par les sens et l’esprit.

Si la poésie lyrique fait vibrer le cœur des adultes et les transporte dans un monde où l’être se dépouille de son existence matérielle pleine de bruit et de fureur, les complaintes maternelles chantées de la façon la plus spontanée, hors de toute organisation préétablie, constituent le socle sur lequel se construisent la pensée et les valeurs de toute société, dans leurs dimensions religieuse, morale, sociale ou coutumière. L’environnement immédiat joue un rôle d’avant-garde qui est essentiel au développement de l’enfant, tant au plan religieux que sportif ou artistique. Cet environnement représente l’espace matériel à l’intérieur duquel se construit la mémoire de l’enfant et dont l’impact puissant ne peut se perdre lorsque l’enfant avance en âge, que la réalité sociale évolue ou que le changement commence à affecter tel ou tel aspect de cet environnement lui-même.

C’est à partir de là que se définit la relation entre la subjectivité et le milieu, entre le culturel et le cognitif. L’interpénétration de ces diverses composantes ouvre en effet la voie à la constitution d’une entité vivante qui récuse la fixité et la permanence, « formant ainsi un concept culturel général qui recouvre le savoir, les croyances, la langue, la morale, les us et coutumes, le droit en même temps que toutes les potentialités et les autres traditions. ». Le terme de ‘’culture’’ apparaît dès lors comme un concept global et générique qui ne saurait être rangé à l’intérieur de catégories scientifiques figées, un concept sans doute ouvert qui a produit cet héritage universel qui traverse l’ensemble des civilisations, par delà les multiples formes de créativité par lesquelles elles se sont exprimées.

Nous avons voulu à travers ce qui précède arriver à la certitude qu’en dépit de l’âge précoce de l’enfant l’étape de l’imagination commence avec la maîtrise avec laquelle celui-ci perçoit la vérité et la raison, car ce petit être s’incarne dans des personnages bien déterminés avec lesquels il dialogue selon une logique qu’il comprend et qui fait que ces personnages le comprennent également. A mesure que s’élargit l’aire de son imaginaire ses connaissances se développent et son expérience s’accroît, si bien que les horizons de sa culture vont s’étendre et s’élargir. Il s’agit là, du reste, d’une donnée de base à laquelle nulle société n’échappe, qu’elle soit ancienne ou moderne.

Considérant l’importance de la question du développement psychologique, environnemental et linguistique de l’enfant, l’auteur a cherché à mettre en lumière de façon quelque peu détaillée et analytique les aspects du développement de l’être humain afin de saisir la signification philosophique des chansons populaires dans les sociétés arabes en général et la société bahreïnie en particulier.

Au vu de ce qui précède on peut comprendre que la littérature populaire constitue l’un des affluents dont se nourrit le patrimoine  de chaque nation car c’est elle qui écrit l’histoire de la nation, elle qui explique et synthétise les événements, de sorte à constituer un référent intellectuel qui servira de tremplin aux générations désireuses d’édifier leur civilisation en une symbiose entre la subjectivité et l’objectivité qui permette d’instaurer une forme de dramaturgie matérialisant les suggestions du discours poétique, celles aussi du discours narratif ainsi que les valeurs d’expressivité qui y sont contenues, par le recours aux mécanismes du dialogue personnel direct et de la communication sensible indirecte.