Langue Issue

Lire dans cette édition

LES DANSES POPULAIRES DANS LES OASIS MARITIMES
La danse populaire est liée à deux facteurs : la géographie et le milieu. ...

LA MODERNISATION DE L’ARTISANAT TRADITIONNEL ETUDE DE CERTAINES FORMES DE CHANGEMENT L’exemple du travail du cuivre dans la ville marocaine de Fès
L’auteur passe en revue les changements qui ont affecté l’artisanat traditionnel ...

LES RITES ET LES PRATIQUES CULTUELLES DANS LES MILIEUX POPULAIRES DU GOUVERNORAT DE TEBESSA ET LEURS SIGNIFICATIONS SOCIALES
L’étude porte sur les rites et les croyances populaires dans la région de T&eacu...
39
Issue 39
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
LES PROVERBES ET LES MAXIMES
Issue 39

A.G Greimas

(traduit par Abdelhamid Bourayou, Professeur des Universités algériennes)

L’élaboration des proverbes et des maximes dont nous avons hérité et qui sont intégrés à notre discours actuel renvoie, à ce qu’il semble, à un passé indéterminé qui confère à ces structures une sorte d’autorité relevant de « la sagesse des anciens ». L’ancienneté en tant que marque distinctive des proverbes donne dès lors un statut d’intemporalité aux significations dont ceux-ci sont porteurs.  La démarche dont relèvent ces énoncés peut à cet égard être comparée à la formule « Il était une fois » par laquelle s’ouvrent les contes et les récits et qui vise à mettre en scène les faits révélés par une histoire se déroulant à l’époque des « Dieux et des héros ».

Le recours au présent et aux modalités de l’indicatif ou de l’impératif est clairement en contradiction avec ce qui vient d’être affirmé et pointe le caractère atypique du proverbe ou de la maxime à l’intérieur du discours. Le présent dont on use, ici, devient le temps a-historique pur qui contribue à l’énonciation de vérités absolues, sous la forme de simples constats, ce qui garantit, en retour, la pérennité d’une loi morale immuable, au moyen de la définition de règles de comportement intemporelles.

Nous ne pouvons, dans la situation présente des recherches sur les phrases complexes rythmées, qu’avancer des hypothèses en rapport avec les significations binaires. Il semble pourtant avéré que la phrase complexe apparaît, dès lors qu’elle est perçue sous une forme rythmique binaire comme une structure nette en même temps que close. Il faut attendre les résultats des recherches sur les oppositions entre les structures binaires qui caractérisent l’écriture traditionnelle et les rythmes ternaires des romantiques pour que ce type de phrase soit considéré comme renvoyant (dans nos contextes symboliques, nos représentations ou nos aspirations) à un univers cohérent, équilibré, apaisé.

La fluidité « stylistique » des composantes lexicales des proverbes et des maximes se prête avec une grande facilité à l’interprétation.

L’étude des rapports de réciprocité et des oppositions binaires susceptibles d’être rapprochés pourrait permettre de parvenir à l’objectivité et à la structure sémantique close constitutives de l’ensemble des proverbes et des maximes d’un groupe linguistique à un moment donné de son histoire.

Les quelques explications présentées plus haut visent à reconnaître l’existence d’un champ sémantique indépendant et à confirmer la nature formelle propre à des éléments sémiques couramment appelés dans les textes classiques proverbes et maximes.

Nous sommes convaincu que la description méthodique des proverbes et des maximes, qui est importante en soi, est capable de proposer des éléments d’explication à des questions stylistiques et de contribuer, au moyen de la liste exhaustive des rapports de réciprocité et des oppositions binaires qui se rencontrent dans les proverbes, à l’étude d’autres symboles : ceux des légendes, des rêves, du folklore.