Langue Issue

Lire dans cette édition

EXPERIMENTATION ET MEDECINE POPULAIRE CHEZ IBN AL JAZZAR
L’expérimentation dans les sciences arabo-islamiques exige de nouvelles études e...

CONSACRER LE RÔLE DE LA CULTURE POPULAIRE DANS L’ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES AUX ENFANTS
Nous pouvons définir l’ethno-mathématique comme une anthropologie culturelle des...

LE POISSON ET SA SYMBOLIQUE DANS L’ILE DE TAROUT
L’île de Tarout a suscité, au long de son histoire, la convoitise de nombreux con...
37
Issue 37
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
CULTURE POPULAIRE ET MOBILISATION DE LA NOUVELLE GENERATION
Issue 37

L’éminente éducatrice Mme le Professeur Ahlam Al Amir, alors membre de la Direction des programmes, au Ministère bahreïni de l’Education, a rendu visite, au début de la nouvelle année scolaire 2008-2009 de Bahreïn, à LA CULTURE POPULAIRE pour les études, les recherches et les publications. Elle a demandé à étudier avec nous la possibilité d’une coopération avec la revue en vue de définir une approche méthodologique qui permette d’intégrer la culture populaire aux nouveaux programmes de l’éducation.

Lire la suite
CHANSON POPULAIRE ET MUTATIONS SOCIALES EN JORDANIE
Issue 37

L’étude porte sur les mutations sociales que l’on peut percevoir à travers la chanson populaire en Jordanie, en tant que celle-ci constitue un registre hautement fiable car échappant constamment aux ciseaux du censeur, louvoyant et se dérobant pour exprimer les non-dits de la société, franchissant ainsi les lignes rouges et investissant les domaines de l’interdit.

Lire la suite
EXPERIMENTATION ET MEDECINE POPULAIRE CHEZ IBN AL JAZZAR
Issue 37

L’expérimentation dans les sciences arabo-islamiques exige de nouvelles études et des recherches approfondies afin qu’en soient percés les secrets et que soit déterminé le statut réel qui fut le sien au regard de la pensée qui a produit ces sciences.

Bien des points liés à la démarche expérimentale d’Ibn Al Jazzar – tels que, par exemple, le rapport de l’expérimentation à la jurisprudence religieuse (char’a) ou l’existence ou pas, chez lui, d’un lien entre les expériences qu’il menait et le recours à certains instruments utilisés en appoint – ont, assurément, été négligés.

Lire la suite
LES BIJOUX EN ARGENT DU MAROC UN ART VILLAGEOIS ANCESTRAL
Issue 37

La fabrication des bijoux en argent, autrement appelée an-nougra, jouit d’une place de choix dans le patrimoine populaire marocain. Cette industrie et les usages que l’on fait de ces bijoux se sont répandus, en particulier chez les ruraux, les artisans traditionnels ayant pris l’habitude, depuis les temps les plus reculés, de sillonner sans cesse la région en transportant leur marchandise, leurs outils et leur savoir-faire.

Lire la suite
LE POISSON ET SA SYMBOLIQUE DANS L’ILE DE TAROUT
Issue 37

L’île de Tarout a suscité, au long de son histoire, la convoitise de nombreux conquérants et envahisseurs, en raison de la stabilité et de l’hospitalité qu’offrent ses terres fertiles et ses eaux abondantes, outre qu’elle constitue un lieu stratégique du fait de sa situation sur les routes du commerce maritime dans la région du Golfe et de ses ports et abris naturels qui ont grandement contribué aux multiples activités qui s’y sont développés, qu’il s’agisse d’agriculture, de pêche ou de commerce.

Lire la suite
LA FEMME ET L’HERITAGE MUSICAL DANS LA PETITE VILLE D’EL GDAH AU NORD OUEST DE LA TUNISIE
Issue 37

La petite ville d’El Gdah se trouve au nord-ouest de la Tunisie, à près de 250 kms de la capitale, loin au sud de la ville du Kef, dont elle est distante de 90 kms. Elle est au centre d’un triangle avec, d’un côté, la ville de Kalaa el Khisba ( littéralement : « la forteresse fertile », cette ville s’étant appelée avant l’indépendance du pays Kalaa al Jarda – « la forteresse aride »), d’un deuxième côté de la ville de Kalaat Sinan (« la forteresse de Sinan Pacha », également connue sous le nom de Kalaat al Asnam, « la forteresse des statues », ou de Kalaat Essikka, « la forteresse de la voie ferrée »), qui est à 15 kms, et d’un troisième côté, la frontière algérienne.

Lire la suite
L’URBANISME AU MAROC AU TEMPS DU PROTECTORAT FRANÇAIS AUTHENTICITE ET INFLUENCES EUROPEENNES L’exemple de la ville de Taza
Issue 37

L’essentiel des enseignements à tirer de l’étude de l’urbanisme dans la ville de Taza, à l’époque du Protectorat français, est que l’évolution de la ville a été emblématique des mutations sociales survenues au cours de cette période ainsi que des contradictions et nouvelles réalités apparues sur le terrain, l’urbanisme étant devenu le reflet de la nature, de la qualité et du rythme de développement de l’habitat.

Lire la suite
CONSACRER LE RÔLE DE LA CULTURE POPULAIRE DANS L’ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES AUX ENFANTS
Issue 37

Nous pouvons définir l’ethno-mathématique comme une anthropologie culturelle des mathématiques et de leur enseignement, soit l’étude des pratiques et idées mathématiques dans leur rapport avec les constituants de la vie culturelle et sociale. Outre qu’il s’agit de la préservation d’une culture populaire authentique, l’intérêt d’une telle approche réside, selon les spécialistes, dans sa contribution, dès lors qu’elle est convenablement adaptée aux programmes scolaires, à rapprocher les concepts mathématiques et scientifiques de l’élève.

Lire la suite
LE RÔLE DU MERVEILLEUX DANS LA CONSTRUCTION DU PERSONNAGE L’histoire du roi Seyf ibn Dhi Yazîn comme exemple
Issue 37

Le merveilleux joue un rôle important dans la conception d’un personnage qui sort de l’ordinaire. Il « reconfigure » cet être imaginaire et lui confère à l’intérieur du discours narratif une tout autre dimension que celle de l’être ordinaire. Le merveilleux a fait du roi Seyf, enfant et adolescent abandonné, un homme plein d’assurance qui n’hésite pas à engager le combat, quel que soit l’adversaire, et à aller de victoire en victoire.

Lire la suite
LE JEU DE LA « BOUQALA » UN RITE FEMINISTE DE LA CULTURE POPULAIRE ALGERIENNE Entre l’affirmation d’une sensibilité féminine et l’expression d’une vision du monde
Issue 37

Le monde arabe s’enorgueillit d’un patrimoine populaire d’une grande richesse, notamment dans son versant littéraire. Les Arabes sont en effet une nation de poètes, passionnés par les arts du verbe qu’ils produisent, conservent, échangent, transmettent d’une génération à l’autre. Mais cet héritage commence à s’étioler, à se perdre et à tomber dans l’oubli, au gré de cette urbanisation qui a submergé la vie sociale et imposé de nouveaux modes de vie. Ceux-ci ont fortement contribué à détrôner les diverses formes et manifestations de l’héritage populaire dont les gens se sont désintéressés et qu’ils ont fini par délaisser.

Lire la suite