Langue Issue

Lire dans cette édition

ASPECTS FORMELS DE L’ORNEMENTATION DU TAPIS TUNISIEN
La fabrication du tapis (le mot tunisien est zarbiya, en arabe littéral on dit plutôt s...

LA PLACE DU SYMBOLE ET DE L’IMAGINAIRE DANS LA CULTURE CONTEMPORAINE L’anthropologie de Gilbert Durand comme exemple
Cette étude tente de mettre en lumière les caractéristiques de l’anthropo...

L’HERITAGE NARRATIF ARABE : sur les mécanismes de la fiction dans Hay ibn Yakdhân d’Ibn Tufayl
Le récit intitulé Hay ibn Yakdhân du philosophe et homme de lettres andalou Abu ...
44
Issue 44
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
LES JEUX POPULAIRES DES ENFANTS DANS L’HERITAGE ANDALOU
Issue 44

L’esprit ludique et les divertissements n’ont jamais été absents des différentes époques de la civilisation islamique. Le jeu est en effet une manifestation naturelle et spontanée émanant de l’activité des hommes, tous âges et toutes catégories sociales confondus, qu’il s’agisse d’enfants, d’adolescents ou de grandes personnes. Les jeux ont été inventés et élaborés par les êtres humains, sous l’influence de l’ensemble des réalités constitutives de la société et de l’environnement auxquels ils appartiennent et dont ils donnent une image vivante et un miroir sincère. Les jeux ont également une fonction éducative et contribuent à enraciner les traditions et les coutumes héritées de père en fils, que celles-ci concernent le leadership, la coopération, la volonté, la détermination, la force, le courage ou la célérité.

C’est pourquoi les jeux, sous toutes leurs formes et manifestations, constituent l’une des images les plus expressives qui ont accompagné le développement de la civilisation universelle. Qui a réfléchi à l’histoire des jeux, en général, n’aura pas manqué de noter à quel point l’être humain a su maîtriser, dans la plupart des situations, les méthodes et les approches par lesquelles il pouvait s’ouvrir sur des univers de divertissement afin de résoudre des problèmes ou de faire face aux difficultés auxquelles il se trouvait confronté. En outre, les jeux avec tous les moyens qu’ils mettent à la disposition des individus représentent une part importante de leur existence. On ne peut à tous égards considérer le divertissement, quelle qu’en soit la nature, comme une forme de déviance ou une pure perte de temps, ne serait-ce qu’en raison de tous les apports positifs qu’il représente pour chacun, d’autant que les jeux qui en sont le fondement ont de multiples rapports avec les arts ou les mathématiques.

Qui plus est, les jeux reflètent autant qu’ils mettent en valeur la part la plus passionnante de l’héritage culturel et patrimonial que les membres de toute société se sont transmis à travers les époques, notamment en ce qui concerne le mode de vie et le comportement du groupe. C’est pour cette raison que les jeux reçus en héritage doivent être considérés comme un legs particulier qui occupe une place à part dans la mémoire des individus et des communautés.

Les jeux ont également un lien avec les maximes, les anecdotes, les récits exemplaires  propres à chaque société. Telle est notamment l’image que nous en ont laissé les Andalous qui ne cessèrent d’imiter la nature et d’en recopier les formes, construisant ainsi une civilisation foisonnante où les jeux et les autres formes sociales de divertissement représentent la quintessence de cet immense acquis que leur civilisation a accompli, tant sur le plan culturel que social, religieux ou politique.

 

Mahmoud Ahmed Hedya

Egypte