Langue Issue

Lire dans cette édition

POUR REDONNER SES LETTRES DE NOBLESSE A LA POESIE POPULAIRE ALGERIENNE : EVOLUTION ET GRANDS MAITRES DE CET ART
Parler de littérature populaire c’est répondre à une urgence imposé...

COMPETENCES ET SAVOIRS DU MENUISIER TRADITIONNEL DANS LA FABRICATION DES ANCIENNES PORTES DANS LA REGION DE NEFZAOUA
La région de Nefzaoua se trouve dans le sud-ouest de la Tunisie. Elle est connue aujourd&rsqu...

L’IMAGINAIRE DANS LE CONTE POPULAIRE JUIF MAROCAIN Le conte du Prophète Joseph comme exemple
Le conte populaire met en jeu un ensemble d’éléments spécifiques – ...
43
Issue 43
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
POUR REDONNER SES LETTRES DE NOBLESSE A LA POESIE POPULAIRE ALGERIENNE : EVOLUTION ET GRANDS MAITRES DE CET ART
Issue 43

Dr Jalloul Douagi Abdelkader

 

Parler de littérature populaire c’est répondre à une urgence imposée par la problématique de la recherche sur les valeurs culturelles, sociales et intellectuelles authentiques qui sont constitutives la personnalité nationale. La littérature populaire est l’un des fondements de la culture d’un pays. Les recherches qu’elle appelle ont toujours un lien étroit avec l’identité culturelle d’une nation donnée, car une communauté dépourvue de patrimoine ne peut avoir ni présent, ni futur, pas plus qu’elle ne peut prétendre à la durée.

Une telle urgence est, sans aucun doute, dictée par le devoir et la responsabilité qui incombe à chaque nation d’affirmer son être, de définir son identité et de se doter des moyens de garantir sa pérennité et ses capacités de résistance, dans un contexte général de surenchère intellectuelle, politique, culturelle, idéologique et technologique.

A l’instar des autres littératures nationales, la littérature populaire algérienne se caractérise par la pluralité et la variété de ses formes d’expression (arabe littéral, langues étrangères, dialectes locaux, mais aussi proverbes, charades, récits légendaires, poésies en dialectal…). Ces formes et ces genres sont organiquement liés aux préoccupations et aux espérances des hommes et à la dynamique sociale, politique, psychologique qui anime ces hommes dans le cadre de la nation. On ne s’étonnera pas dès lors que, de la même façon que la langue officielle a vu émerger une littérature propre, le dialecte national ait donné naissance à une littérature populaire qui est l’expression des sentiments et des aspirations des classes déshéritées. On s’étonnera, par contre, que cette littérature soit tenue à l’écart des programmes d’études et de recherches et ne soit que rarement reconnue par les institutions scientifiques, quand elle n’est pas ignorée ou rabaissée par certains universitaires investis, comme on dit, d’un statut officiel. Ceux-ci estiment souvent que cette littérature populaire est de nature à mettre en cause la place de l’arabe littéral, d’encourager l’émergence de troubles au sein de la nation et de revivifier les langues vernaculaires des minorités, alors qu’il n’en est rien dans la réalité.

La littérature populaire authentique est en fait le vrai moteur de l’unification du peuple, dans la mesure où elle contribue en toute circonstance à transformer les revers et  les coups du sort en autant de victoires. Cette littérature n’engage pas le combat, sabre au clair, mais elle relate les victoires de façon fidèle et les défaites en mettant l’accent sur les douleurs et les regrets.

Cette étude vise à mettre en lumière la littérature populaire algérienne, à en souligner l’importance, à relever les thèmes, les valeurs, ainsi que les structures artistiques et esthétiques qui font sa force, et à faire connaître les maîtres de la poésie populaire de ce pays et, plus particulièrement, le texte poétique qui a besoin d’être étudié, analysé et défendu contre l’oubli et la marginalisation.