Langue Issue

Lire dans cette édition

LE CULTE DU CHEF DANS LA POESIE ORALE MAROCAINE LA ‘ÎTA ABDIENNE COMME EXEMPLE
La ‘îta abdienne de la ville d’Asfi est l’une des composantes impo...

POUR REDONNER SES LETTRES DE NOBLESSE A LA POESIE POPULAIRE ALGERIENNE : EVOLUTION ET GRANDS MAITRES DE CET ART
Parler de littérature populaire c’est répondre à une urgence imposé...

L’INFLUENCE DES CULTURES DU DESERT ET DE LA VILLE SUR LE TISSAGE AU MOYEN DU SADW AU KOWEIT
Les produits tissés, avec leurs diverses composantes matérielles et techniques et leur...
43
Issue 43
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
L’INFLUENCE DES CULTURES DU DESERT ET DE LA VILLE SUR LE TISSAGE AU MOYEN DU SADW AU KOWEIT
Issue 43

Dr. Ali Salah Al Najjada

Les produits tissés, avec leurs diverses composantes matérielles et techniques et leurs modulations artistiques et géométriques, témoignent, sans aucun doute,  des multiples savoirs, expertises et compétences dont disposent leurs fabricants. Ces produits constituent également, par-delà leur typologie et les usages qui en sont faits, autant d’indications concrètes sur le niveau de développement et de raffinement culturel de telle ou telle société ou civilisation. On peut donc considérer les tissages, quels qu’en soient la forme, le dessin ou la fonction, comme des indices matériels fiables quant aux avancées réalisées par leurs fabricants, tant au plan artisanal que technique ou artistique. Le sadw (métier à tisser traditionnel : le mot désigne aussi par métonymie le tissage artisanal) relevant naturellement des métiers traditionnels de tissage manuel où excellent les femmes des tribus bédouines, en particulier celles du Koweït, et plus généralement celles des autres tribus et nations, il importe d’examiner de façon approfondie les facteurs qui ont été à l’origine de l’essor de ce type d’artisanat et qui ont contribué à la pérennité qu’il a connue des siècles durant.

Des questions importantes étroitement liées au métier et aux produits du sadw se posent, ici :

  1. Quels sont les facteurs qui ont contribué à l’apparition et à la pérennisation du métier du sadw chez les populations du désert koweïtien ?
  2. Quel est le rapport de la culture du désert avec le métier et les productions du sadw, au Koweït ?
  3. La culture citadine a-t-elle eu impact sur cet artisanat et ces produits ? Si oui, quel type d’impact ?
  4. Quelle culture devrait avoir à l’avenir la plus grande influence sur cet artisanat au cours des prochaines années ? Pour quelle(s) raison(s) ?
  5. Est-il possible de concilier culture citadine et culture du désert pour soutenir et faire avancer ce type d’artisanat ?

Cette étude a pour but de :

  1. Faire connaître une forme de culture et de mettre en évidence les facteurs qui influent sur son développement.
  2. Comparer la culture du désert avec celle de la ville ;
  3. Etudier l’impact de ces deux cultures sur les métiers et les productions du sadw.

L’auteur s’est fondé sur la méthode interprétative dans la collecte des informations. Il a, en outre, vécu de près l’évolution du tissage artisanal, en tant que consultant pour l’association coopérative des artisans du sadw, au cours de la période allant de 1998 à la fin de l’année 2015. Il aboutit, au terme de son enquête, à la conclusion que les deux cultures, celle de  la ville et celle du désert, ont grandement influé sur le graphisme et le dessin des produits du sadw, mais aussi sur le développement du métier à tisser lui-même, ainsi que sur le matériau et les matières premières utilisées par les artisans pour mener à bien leurs projets.

L’exode des habitants du désert vers la ville de Koweït et ses différentes banlieues s’est traduite par un net recul de la pratique du sadw et une forte baisse, en quantité comme en qualité, des différents types de tissage. Il est plus que jamais nécessaire d’intensifier les efforts, tant officiels que privés, pour assurer la sauvegarde de cet artisanat traditionnel qui est menacé de disparition, comme ce fut le cas pour d’autres métiers manuels au Koweït.