Langue Issue

Lire dans cette édition

LES AMES DES JUMEAUX : UNE CROYANCE POPULAIRE DE LA HAUTE-EGYPTE
L’enquête sur le terrain et la recherche bibliographique sur la circulation des âm...

LA FEMME ET SON IMAGE DANS LES PROVERBES POPULAIRES TUNISIENS Essai de lecture anthropologique
Partant d’une anthologie réunissant plus de 250 proverbes puisés dans diff&eacut...

AL ‘ITA : ORIGINE ET DEVELOPPEMENT HISTORIQUE Sur l’ouvrage de Hassan Najmi : Le Chant d’al ’ita
Il n’est pas aisé d’enquêter sur le chant d’al ‘ita, et ce...
42
Issue 42
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
AL ‘ITA : ORIGINE ET DEVELOPPEMENT HISTORIQUE Sur l’ouvrage de Hassan Najmi : Le Chant d’al ’ita
Issue 42

 

Hajoubi Bouchti

 

Il n’est pas aisé d’enquêter sur le chant d’al ‘ita, et cela pour diverses raisons, en particulier le fait que la poésie qui sert de support à ce chant est une poésie orale qui n’a guère été consignée et qui, en outre, a un caractère éclaté avec des vides et des lacunes entre les fragments constitutifs de chaque poème. Trancher de façon catégorique sur les étapes de l’histoire de cet art ne peut, dans ce contexte, que remettre en question son authenticité et son caractère ancestral, d’autant plus que les précédentes études consacrées à ce chant sont venues de façon tardive (Idriss ben Ali, 1935), outre qu’elles sont peu développées, voire superficielles, comparées aux études menées à la même époque sur d’autres formes artistiques. Il n’en reste pas moins que ces premières tentatives ont permis de lever le voile sur certains aspects de cet art.

Une approche aussi tardive s’explique en fait par le regard condescendant que les élites marocaines – qui ne s’étaient pas encore libérées de la censure religieuse – jetaient sur la culture populaire, et de façon plus particulière sur le chant d’al’ ita. C’est ce qui explique d’ailleurs que nulle mention de cet art ne figure dans les écrits consacrés à cette époque au discours culturel au Maroc, et qu’il y ait un tel manque de références ou de documents relatant l’histoire d’al ’ita, chose que Hassan Najmi souligne, en plus d’un endroit de son ouvrage.

Malgré ces difficultés, ce type de chant a su, grâce à son ancrage dans un environnement culturel et un terreau social favorables, résister aux tentatives visant à le faire disparaître et conserver, des siècles durant, son caractère authentique. L’auteur de l’ouvrage emploie à ce sujet l’expression ‘’musique traditionnelle’’ (origine ancienne, transmission populaire, enracinement culturel, expression de certaines valeurs, lien étroit avec des croyances et des pratiques cultuelles…). L’auteur ne pouvait donc aborder  l’histoire de cet art à travers un discours ou une vision anhistorique. Il a, au contraire, mis l’histoire au cœur de son propos en proposant une histoire possible de l’apparition d’al ‘ita et des étapes de l’évolution qu’elle a connue jusqu’à nos jours. Il a, en même temps, tenté de répondre à cette question centrale : pourquoi le chant al ‘ita a-t-il pâti d’une telle négligence ? Question importante dès lors que l’on s’attache à réhabiliter cette musique traditionnelle en enquêtant sur les conditions qui en ont permis l’ancrage.

L’auteur vise également à travers cette recherche à écrire l’histoire de cet art d’un point de vue académique, ce qui représente en soi le commencement d’un travail de réhabilitation d’al ‘ita, travail exigeant du temps et un effort de vérification sur le terrain. Les résultats qu’il nous propose sont la confirmation concrète que nous sommes désormais sur la bonne voie.