Langue Issue

Lire dans cette édition

LE FOLKLORE : UN LANGAGE POUR LA COMMUNICATION ENTRE LES CIVILISATIONS
Le folklore est l’héritage culturel oral qui passe de génération en g&eac...

ASPECTS DE LA CULTURE POPULAIRE DANS LES POESIES DE BACHAR IBN BURD
L’étude porte sur la poésie de Bachar ibn Burd (ou Bourd), un maître ...

LES ‘AOUACHIR, LES OFFRANDES ET LA ‘ULA Enquête de terrain sur la signification des activités agricoles dans la région de Tébessa en Algérie
Rites, pratiques et cérémonies sont partie des croyances populaires et ne sauraient &e...
40
Issue 40
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
LES ELEMENTS JUDAÏQUES DANS LA SOURCE DES FONDEMENTS DE LA SAGESSE, OUVRAGE ATTRIBUE A AL BUNÎ L’exemple d’Ahyashrahya
Issue 40

Dr Farag Kadri Fakharany

Maître-assistant en littérature populaire

Université de Janoub al wadi. Egypte.

 

L’étude débouche sur les résultats suivants :

  • L’ouvrage intitulé La Source des fondements de la sagesse appartient à la littérature populaire qui traite de la magie de façon générale, il est attribué à Ahmed ibn Ali Al Bunî (mort en 622 de l’Hégire). Mais l’étude n’a pas permis de faire remonter la rédaction de l’ouvrage à cette période de l’histoire pas plus que l’enquête n’a permis de découvrir des indices confirmant l’exactitude de l’attribution à Al Bunî.
  • Les auteurs juifs et musulmans ont su utiliser les noms divins et les ont instrumentalisés sans difficulté dans leurs écrits, que le nom eût des racines hébraïques ou arabes.
  • Les présupposés religieux dans les deux credo ont contribué à l’échange des savoirs dans le domaine de la magie, notamment dans les sociétés musulmanes où prévalaient la coexistence entre les communautés religieuses et l’acceptation de l’autre.
  • Les auteurs musulmans ont eu tendance à s’appuyer sur les ouvrages de magie des juifs ; peut-être même se sont-ils initiés aux pratiques de la magie sous l’égide d’experts juifs en la matière qui leur étaient proches.
  • Les graphies arabe et hébraïque ont été utilisées aussi bien par les auteurs musulmans que juifs dans la rédaction des textes de magie, ce qui renforce l’hypothèse du bilinguisme chez les uns et les autres.
  • L’étude met en lumière l’un des domaines où l’on perçoit l’influence judaïque dans La Source des fondements de la sagesse attribué à Al Bunî : il s’agit des racines des différents noms de Dieu figurant dans l’ouvrage qui ont été puisées dans des sources religieuses écrites en hébreu. L’étude s’est intéressée aux formes et constructions linguistiques se rapportant aux actes de magie, c’est-à-dire aux ouvrages sur la magie et aux formules thaumaturgiques qui s’y rencontrent, en s’arrêtant uniquement sur les occurrences des noms de Dieu figurant dans l’ouvrage d’Al Bunî afin d’y déceler les racines judaïques.
  • L’étude a permis de renvoyer plusieurs des noms de Dieu figurant dans L’Origine… à leurs racines hébraïques, telles que les formes Ahyashrahya – Milikh – Ahinmahya – Adonaï – Asabaout – Al Shedaï – Abarikh. L’étude essaie de jeter la lumière sur les nombreuses versions de l’un de ces noms,
  • L’étude aboutit à un inventaire de la totalité des occurrences des noms de Dieu que l’ouvrage attribué à Al Bunî a empruntées à deux sources hébraïques, le Tenakh et Le Livre de Harzîm.