Langue Issue

Lire dans cette édition

LA CULTURE POPULAIRE ET LA STRUCTURE COGNITIVE DE L’ESPRIT
Les sciences cognitives ont connu de rapides évolutions dont on voit l’impact sur des s...

LA MUSIQUE EN TANT QUE FORME D’EXPRESSION DE SOI L’exemple de la flûte
L’homme a découvert les instruments de musique afin d’exprimer les mouvements de ...

LA “NOUVELLE” CHANSON POPULAIRE EN TUNISIE ET LA MODERNISATION DE LA SOCIETE AU LENDEMAIN DE L’INDEPENDANCE Etude documentaire
Considérations générales sur la «nouvelle» chanson populaire en Tun...
36
Issue 36
Vous pouvez télécharger la question (PDF) à partir de ce lien
CONSTANTES ET MUTATIONS DES RITES ALIMENTAIRES DANS LES CODES DE L’HOSPITALITE DE LA SOCIETE TUNISIENNE Une approche anthropologique
Issue 36

Abdelkrim Brahmi
Tunisie

Si l’hospitalité en Tunisie est, dans son essence, fondée sur le respect de l’invité, la généreuse sollicitude et la protection dont celui-ci est entouré et la qualité, tant pour le séjour que pour la nourriture, de l’accueil qui lui est réservé, conformément à un ensemble de coutumes et traditions qui se sont imposées à travers les siècles, il n’en existe pas moins des différences entre les régions du pays tout autant qu’entre les milieux sociaux et les modes de vie à la ville ou à la campagne.

L’hospitalité en Tunisie a en effet connu de nombreuses mutations qui ont touché aussi bien à la nourriture présentée aux invités qu’aux rites qui y sont liés. On est ainsi passé de l’offrande de plats peu variés dont le principal était le couscous à une cuisine multiple et diversifiée. Les boissons ont également connu diverses évolutions, et l’on est passé de la quasi hégémonie du thé à une grande variété de boissons. Les modes de cuisson se sont de même développés, et là où le bouilli était, depuis fort longtemps, la règle on a vu apparaître le rôti, les grillades, les préparations à la vapeur…
Pour les changements liés aux rites accompagnant le cérémonial alimentaire, on peut les résumer au passage du partage qui réunissait l’ensemble des convives autour d’un seul grand récipient au repas individuel, de la stricte séparation des deux sexes et d’un patriarcat sourcilleux, en matière de préparation et de consommation des aliments, à la disparition du clivage entre les deux sexes,  à l’acceptation de la mixité et à l’affaiblissement de la domination patriarcale.

Ces mutations reflètent le dynamisme des rites alimentaires au sein de la société tunisienne et leur constante évolution, en lien avec le mouvement de l’histoire et les évolutions de la société elle-même. Mais, en dépit de ces changements, les rites de la convivialité autour de la table continuent à être respectés dans les milieux ruraux, alors que les traditions tendraient à s’effacer graduellement dans les milieux urbains. Cela est encore plus évident lorsqu’il s’agit de repas de cérémonie qui sont organisés avec la plus grande rigueur et dont la force symbolique est d’autant plus prégnante qu’elle concerne un nombre plus grand de convives.

En fait, il s’agit de pratiques culturelles où la culture arabo-islamique se trouve associée à bien d’autres cultures.